Tentative d’abstraction à l’aquarelle : rouge

Après la série d’aquarelles de paysages urbains, voici une nouvelle tentative avec « le » papier ! Je suis vraiment fan de ce Velin d’Arches sur lequel on peut passer et repasser, rajouter de l’eau comme on veut, sans qu’il fasse d’auréoles ou de tâches, enlever du pigment sans boulocher…

Cette fois j’ai mis beaucoup de pigment. Et quand je dis beaucoup, c’est vraiment beaucoup… J’ai bien fait 4 ou 5 passages à certains endroits en laissant sécher entre les couches, en repassant du pigment clair sur du foncé, en ajoutant par endroit du pigment quasiment pur, bref tout ce qu’on apprend qui ne se fait pas à l’aquarelle, mais comme ce papier permet tout, je le pousse à l’extrême !

Et si ça vous rappelle quelque chose, c’est que vous êtes fidèle à ce blog. Car oui, je me suis inspirée d’un de mes tableaux. Quitte à copier quelqu’un, n’est-ce-pas.

La composition me semblait bonne à l’huile, j’ai donc essayé de voir si on pouvait reproduire l’effet de lumière à l’aquarelle. Et puis d’abord, même si ce n’est pas de l’aquarelle très « académique », certains ne lésinent pas sur la matière, notamment les anglo-saxons. Et il reste quelques effets de transparence ou de fusion qui montrent bien que ce n’est pas de la gouache.

Ca n’a bien sûr pas la même puissance que l’huile, le trait est moins précis, les couleurs sont moins franches et le rendu n’est pas comparable, mais le résultat est prometteur, non ?

J’ai donc récidivé en orange, puis en bleu. A voir ici très bientôt.

 

PS : pour retrouver tous mes tableaux sur un site bien classé, sans avoir à chercher dans le fouillis du blog, c’est ici.

5 commentaires pour Tentative d’abstraction à l’aquarelle : rouge

Répondre à Cerise Annuler la réponse

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.