Jack be little : le verdict

Au-delà de garder leur très bel aspect esthétique, le but de ce test scientifique était de trouver une recette pour accommoder ces jolies petites courges dont je me méfiais.

Je les ai donc bien lavées à la brosse (car la peau se mange) et je me suis lancée. Une moitié avec le chapeau découpé dans la citrouille crue, l’autre moitié cuite avant de couper le chapeau (il y avait 4 Jack be little, ouf, pas trop compliqué à suivre). Ensuite une moitié avec une première recette, l’autre avec une seconde (pas les mêmes moitiés bien sûr, donc 4 variantes au final).

Première étape : découpe et cuisson (ou cuisson et découpe, c’est selon, merci à ceux qui suivent)
Pour découper le chapeau, il faut s’armer d’un bon couteau car ces petites choses sont quand même résistantes. J’en ai donc ouvert deux, non sans mal, en essayant de garder une jolie forme au chapeau histoire de ne pas tout gâcher. Pour vider les graines, j’ai utilisé une cuiller à dents, bien pratique, mais il a fallu y aller franchement pour ouvrir la chair.

 

Ensuite, j’ai mis les 4 courges à la cocotte-minute et j’ai coupé 5 mn après que la soupape se soit mise à tourner.

J’ai découpé les 2 courges restantes, pas forcément plus facilement que celles qui étaient crues car la zone autour du pédoncule reste très dure et je voulais que le chapeau reste petit. Pour enlever les graines, ça a été beaucoup plus difficile, elles s’accrochaient bien ! Le résultat est globalement moins réussi (au 1er plan à gauche) que précédemment car ça abîme la chair (1ère leçon : découper de préférence quand elles sont crues).

 

Recette n°1
Il s’agit de remplir la cavité avec un mélange d’œuf, gruyère râpé et crème fraîche. J’ai évidé un peu de chair pour l’ajouter au mélange, mais la peau de l’une des deux courges retenues pour l’expérience était très fine et je l’ai malheureusement percée (2ème leçon : garder une certaine épaisseur de chair sur la peau). D’ailleurs, pas de risque avec celle découpée crue (au 1er plan à droite), car la chair s’était détachée de la peau en cuisant(ce qui confirme la 1ère leçon). J’ai ensuite mis au four 20 mn.

Recette n°2
Dans une poêle, j’ai fait revenir des échalotes dans un peu de beurre, puis j’ai ajouté des lamelles de jambon et des morceaux de gruyère (à refaire avec du reblochon, je n’en avais malheureusement pas). J’ai laissé chauffer le temps que le gruyère soit fondu et j’ai rempli les courges, sans toucher à la chair cette fois. Et je les ai rajoutées dans le plat qui était déjà au four pour les 10 dernières minutes de cuisson.

Verdict
Esthétiquement très réussi et sur une assiette de délicieux mélange de pourpier et mâche, ça fait une très belle présentation.

Et le goût ? Pas mal du tout ! Pas de goût de citrouille (même si l’odeur était bien là lors de la cuisson à la vapeur), mais quelque chose d’assez neutre, entre la châtaigne et la pomme de terre. Aucune différence, ni de goût ni de consistance, entre celles cuites avant découpe et celles cuites après(3ème leçon : ne pas se prendre la tête). La farce à l’œuf était un peu fade, peut-être faudrait-il y ajouter des épices. Celle aux échalotes et jambon était excellente. Le tout est bien roboratif. Un très bon et joli repas ! Maintenant que j’ai une recette qui me convient, je suis prête à recommencer pour des invités. D’ailleurs, j’ai encore deux Jack be little prêtes au frigo qu’il faut juste réchauffer, si quelqu’un veut passer ce soir ?

4 commentaires pour Jack be little : le verdict

  • Delphine :P

    J’adore la partie culinaire de ce blog (pas étonnée, hein ?).
    J’adore aussi les leçons.
    Surtout que je vais avoir demain des « courges pomme d’or », et que je sens que je vais pouvoir pomper tes recettes… Merci d’avance ! 😀
    De mon côté, mon gratin de courge butternut est pas mal, mais attention à la cuisson – au four, faire cuire beaucoup plus longtemps que sur toutes les recettes (genre le double) ou faire une pré-cuisson cocotte.
    A manger plutôt avec un accompagnement qui a du goût (pour nous, ça a été magret) parce que c’est assez fade.
    A tenter : la courgiflette (qui rejoint d’ailleurs ton idée de reblochon).

  • La couleur de ces cucurbitacées va t-elle influencer ta peinture ?

Laisser un commentaire

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.