Le taï chi chuan, source d’harmonie et de sérénité

J’ai commencé le taï chi chuan au printemps 2006. Cette discipline ancestrale chinoise, bien connue pour ses vertus « zénifiantes », m’avait beaucoup attirée lors de mon voyage en Chine en août 2005, par son aspect esthétique et le calme qui s’en dégage. La séance du petit matin sur le Bund à Shanghaï est particulièrement photogénique. Entre les groupes constitués, des femmes essentiellement, qui manient l’éventail ou le sabre, toutes habillées de la même façon, on trouve aussi des personnes âgées qui dansent la valse ou font quelques mouvements d’assouplissement. Malheureusement, même en Chine, cette pratique semble se perdre auprès des jeunes générations.


 

Alors que je cherchais une activité un peu sportive mais pas physique, le taï chi chuan m’avait été chaudement recommandé par Prudence, qui en avait fait quand elle avait plus de temps. La Fédération Française de Taï Chi Chuan se trouvait à 10 mn à pied de chez moi. Bref, il y a 2 ans, je suis allée à une journée portes ouvertes et je me suis inscrite.

Au début, comme je prenais l’année en cours, au 3ème trimestre qui plus est, j’ai très maladroitement copié ce que faisait les autres élèves. J’ai appris comment « reculer en repoussant le singe », le « vol en diagonale » et les mouvements qui suivent dans la 2ème partie et la 3ème partie, mais pas le début de l’enchaînement, ce qui est un peu dommage car chaque geste doit être fait de façon précise et comme il y a de nombreuses répétitions des mêmes mouvements, je répète maintenant un peu toujours mes erreurs.

J’en suis maintenant à la 3ème et dernière année du cycle d’apprentissage. J’ai donc maintenant vu l’enchaînement en entier, mais j’avoue rester la cancre de la classe. Entre les mouvements que je continue à improviser, même si on les a maintenant tous revus et corrigés, la fin de la 3ème partie que je connais très mal, et globalement l’enchaînement des mouvements que je n’arrive pas à mémoriser, il faudrait vraiment que je travaille pour me mettre à niveau. Néanmoins, malgré tout, j’aime cette heure passée chaque semaine à répéter cette chorégraphie improbable, à me concentrer sur les gestes, la position des mains et des pieds, la répartition du poids du corps, la respiration lente et régulière. Et je recommence l’an prochain l’apprentissage de la 3ème année, ça va bien finir par rentrer !

1 commentaire pour Le taï chi chuan, source d’harmonie et de sérénité

  • Sur mon ancien blog

    ça doit etre un art passionnant ? a+
    Commentaire n°1 posté par mom le 10/06/2008 à 10h33

    Rassure toi, Hélène, je pratique le qi cong depuis 4 ans (et le yoga depuis 12) et au fil des années, je mémorise de mieux en mieux les séries, meme si en qi cong elles sont bien moins longues qu’en tai chi. Alors que vraiment, au début, j’avais l’impression que mon cerveau retrecissait subitement dès qu’ il s’agissait de retenir un enchainement, maintenant, ça se fait quasiment tout seul…
    Commentaire n°2 posté par venezia le 10/06/2008 à 18h26

    Je suis ravie que tu aies persévéré! Pour ma part, après un arrêt forcé pendant trois ans, je me prépare à recommencer en septembre prochain. Je me sentais si légère, si vide de tous soucis; j’ai hâte de retrouver ces moments de « zen attitude » si précieux par les temps qui courent. J’aime bien l’expression de Venezia sur la taille du cerveau qui rapetisse au fur et à mesure de la mémorisation!!!
    Commentaire n°3 posté par Prudence le 10/06/2008 à 21h11

    merci pour ton com ….et c’est vrai que c’est que c’est pénible ce genre de critique …d’autant que la personne qui m’a laissé ce com n’a pas laissé d’adresse….quelle lacheté!!! bref! je ne vais pas en faire un drame ….bonne soirée
    Commentaire n°4 posté par mom le 11/06/2008 à 22h24

    La critique est toujours plus facile que l’art !
    Réponse de Hélène H le 21/06/2008 à 08h55

    Tu me donnes envie de m’y remettre. J’en ai fait pendant trois ans – j’avais appris les deux premiers enchaînements… et puis j’ai déménagé à la campagne, loin de tout. J’ai bien continué à pratiquer seule pendant quelques mois puis, … puis… j’ai oublié. Aujourd’hui de nouveau dans une ville (et avec un salaire), ton article me donne envie de recommencer. Merci
    Commentaire n°5 posté par marie sans importance le 07/07/2008 à 07h10

Répondre à Sur mon ancien blog Annuler la réponse

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.